Mélin, son histoire

Mélin est un village au passé très riche et aux origines lointaines. Nous nous contenterons ici de remonter jusque vers l'an 800, époque à laquelle la civilisation renaît de ses cendres, suite aux invasions barbares. C'est à l'initiative d'une très vaste campagne de défrichement menée par l'Abbaye d'Inde, située à St-Corneille, près d'Aix-la-Chapelle, que Mélin renaît. Ce défrichement visait tout le vaste plateau de culture qui s'étend depuis l'église de Hoegaarden jusqu'aux confins de notre village, à Sart-Mélin. Notons que le vocable "sart", que nous retrouvons dans bon nombre de noms de nos villages (Rixensart, Sart-Risbart, Lodelinsart, etc.) provient du verbe "essarter" qui signifie défricher.

 

Dès 953, suite au partage de la Lotharingie, le village de Mélin est intégré au comté de Louvain.

 

En 1219, l'abbaye d'Inde cède une partie du "Neusart" de Mélin à l'Abbaye de la Ramée, qui possédait déjà un domaine à Sart-Mélin.

La carte de Ferraris (carte des Pays-Bas autrichiens) a été établie entre 1770 et 1778 par le comte Joseph de Ferraris, directeur de l'école de mathématique du corps d'artillerie des Pays-Bas, sur commande du gouverneur Charles de Lorraine.
La carte de Ferraris (carte des Pays-Bas autrichiens) a été établie entre 1770 et 1778 par le comte Joseph de Ferraris, directeur de l'école de mathématique du corps d'artillerie des Pays-Bas, sur commande du gouverneur Charles de Lorraine.

En 1284, un évènement déterminant pour le village se produit. Les comtes de Louvain, devenus ducs de Brabant en 1106, cèdent Mélin et toutes ses dépendances, et le droit de haute justice, à Gérard de Luxembourg, sire de Durbuy, en échange de ses droits sur le duché de Limbourg. Dès ce moment, Mélin, devenu seigneurie particulière, sera tran,smis d'héritage en héritage, dans plusieurs grandes familles, jusqu'à la Révolution Française.

 

De 1568 à 1576, Mélin subira les avatars des guerres de religion. En effet, à cette époque, le seigneur de Mélin, Thierry Bouton, adhérera à la religion réformée. L'église et la cure sont incendiées. Au siècle suivant, ce seront les guerres de Louis XIV qui décimeront le village. Enfin, le traité de la Barrière, en 1715, mettra fin à tous les troubles et nos régions tombent sous l'autorité autrichienne. C'est une période de paix, propice à la reconstruction, qui s'achèvera par la Révolution Française en 1793.

 

Aux 16ème, 17ème et 18ème siècles, le village, à vocation essentiellement agricole, s'enrichit par l'exploitation de la pierre de Gobertange. Les carrières se situent dans un périmètre d'environ 2500 hectares autour du lieu-dit Gobertange, entre Mélin et Saint-Remy-Geest. Cette pierre est d'abord utilisée dans la construction des maisons et de la voirie, puis dans la restauration des bâtiments.

l'actu

Consultez les prochains événements dans notre

beau village !

newsletter

Vous souhaitez être informé de nos diverses activités?

Merci de compléter le formulaire en annexe et de nous le transmettre.

ce qu'en disent les médias

la météo à Mélin
la météo à Mélin